DLP ou TRI LCD ? Quelle technologie choisir ?

DLP ou TRI LCD ? Quelle technologie choisir ?

Les technologies DLP et Tri-LCD sont toutes les deux actuellement utilisées dans le domaine de la projection sur écran. C’est grâce à ces innovations que les vidéoprojecteurs modernes peuvent afficher les images ou séquences que l’on voit dans les salles de réunion lors des présentations ou encore dans les foyers quand on utilise le home cinéma.

Chaque dispositif a ses spécificités. Tandis que le LCD est réputé pour la grande qualité de la définition, le DLP se distingue au niveau du contraste. Pour vous aider à choisir le support adapté à vos besoins, voici un petit guide pratique sur les caractéristiques de ces deux systèmes.

Les avantages et les limites du DLP

La technologie DLP (Digital Light Processing) utilise des miroirs orientables et une puce qui servent à projeter les images. Le principe est simple : chaque miroir correspond à un pixel. Le système de projection s’enclenche grâce à la lumière émise par la lampe.
Celle-ci passe ensuite par une roue chromatique qui contient les trois couleurs primaires (rouge, bleu, vert). Elle est par la suite renvoyée vers la puce et les miroirs. Ce sont les couleurs projetées par ces derniers qui forment les images quand elles sont traitées par la rétine et le cerveau du spectateur.

Le système de projection du DLP produit des images et des contrastes très nets. La qualité de détail et la lisibilité sont excellentes en raison de la saturation au niveau des couleurs et de la bonne capacité de luminosité. Toutes les couleurs existantes, notamment le noir, sont bien reproduites.
Ces caractéristiques font que les pico-projecteurs DLP sont considérés comme étant des équipements haut de gamme. Ils sont souvent prisés par les adeptes du home cinéma.

Bien sûr, si les matériels se distinguent par leur grande performance, ils demeurent assez onéreux. Par ailleurs, selon les connaisseurs, les outils ont tendance à se fatiguer plus vite que les vidéoprojecteurs tri-LCD.
L’usure fait que les supports perdent en qualité d’image après un certain temps. Certains affirment également que le risque d’effet arc-en-ciel et de fatigue oculaire est nettement plus important avec le DLP.

Qu’en est-il de la technologie TRI LCD ?

Lancés depuis 1990, les vidéoprojecteurs tri-LCD ont été conçus pour remplacer les modèles LCD. Si ces derniers n’étaient dotés que d’une seule matrice, la nouvelle génération d’appareils est munie de trois dispositifs par lesquels la lumière va passer.
Bien sûr, si le tri-LCD est une version optimisée du LCD, son principe reste le même. Le LCD (Liquid Crystal Display), rappelons-le, est une technologie qui utilise le système des écrans à cristaux liquides. Il fonctionne en reproduisant un affichage numérique sur un écran plat grâce à la polarisation de la lumière.

Concrètement, en passant par les panneaux LCD qui correspondent chacun aux couleurs primaires, la lumière provenant de lampe va se décomposer. Les faisceaux lumineux sont ensuite recomposés pour ne faire qu’un avant d’être projetés à l’écran via l’objectif. Actuellement, le LCD est utilisé sur tous les appareils modernes (ordinateurs portables, appareils photo numériques, montres et autres).

Le Tri-LCD a l’avantage de produire des images lisses, douces et relaxantes. La définition est excellente, notamment avec le LCD reflective qui permet d’obtenir des images 4K époustouflantes. Le rendu est naturel même si le ratio de contraste n’atteint pas le niveau du DLP. Les effets arc-en-ciel sont quasiment inexistants dans le cas de ce système.
En outre, la durée de vie des vidéoprojecteurs dotés de cette technologie est meilleure que celle des outils DLP. Concernant sa limite, le LCD dispose d’un nombre restreint de pixels. Ce défaut fait que le spectateur peut apercevoir, de temps à autre, de brefs flashes de couleurs à travers l’écran.

Que ce soit dans le cas du DLP ou celui du Tri-LCD, le choix dépendra surtout des besoins des utilisateurs.


Les commentaires sont clos.